Faute de débouchés, les jeunes turcs se tournent vers le cybercrime

Conséquence directe de la crise économique qui frappe la Turquie depuis 2008, intensifiée avec l’inflation extrême de 2022 (84,4%), les experts observent une recrudescence des cybercrimes sur les rives du Bosphore.

En effet, un récent rapport publié par Recorded Future fait état de cette tendance alarmante parmi la jeunesse turque, sans illusions politiques et économiques. Divers profils émergent des premières études sociologiques conduites à ce sujet : hackeurs patriotes et hackeurs motivés financièrement. 

Les hackers patriotes

Les premiers lancent des opérations cyber, coordonnées ou non, à l’encontre des Etats qui représentent d’après eux une menace pour leur pays. La police turque semble d’ailleurs relativement indulgente vis à vis de ces actions patriotes à la condition qu’ils n’attaquent pas des entités turques, renforçant ainsi un sentiment d’impunité des acteurs malveillants.

En ce sens, le groupe Anka Red Team aurait tenté de compromettre des organismes russes, dont le ministère de l’Economie, et les Services de Sécurité de la Fédération Russe.

Les hackers motivés par le gain financier

Les seconds, essentiellement motivés par le gain financier, offrent sur des forums leurs compétences techniques sous forme de services afin de toucher une plus grande audience.

La particularité de ces forums émergents, tels que Ayyıldız et Turk Hack Team, réside dans leur popularité chez les internautes turcophones et leur déconcertante accessibilité, loin des arcanes du dark web.

L’équipe de Threat Intelligence, Hoshi, de Sesame it, suit avec intérêt ce sujet et ses enjeux sur la zone MENA.

Article publié le 17 janvier 2023